Novatrans: 1er service P400 Perpignan-Paris 23/06/21

<Back to list

Source: https://objectif-languedoc-roussillon.latribune.fr/economie/infrastructures/2021-06-23/novatrans-lance-le-premier-service-de-transport-ferroviaire-de-semi-remorques-p400-perpignan-paris-887486.html

 

Novatrans lance le premier service de

transport ferroviaire de semi-remorques

P400 Perpignan-Paris

L’opérateur de transport multimodal Novatrans-Greenmodal a inauguré son train Perpignan-Paris/Valenton, le 22 juin à Perpignan Saint-Charles. Ce nouveau service, lancé avec l’appui du programme européen POCTEFA, permet de transporter directement des semi-remorques P400. Une première entre Perpignan et Paris.
Fanny Linarès 23 Juin 2021, 14:05

 

Le Perpignan-Paris/Valenton est la première offre de fret ferroviaire entre la région parisienne et la zone Occitanie ouverte au transport de semi-remorques P400.Le Perpignan-Paris/Valenton est la première offre de fret ferroviaire entre la région parisienne et la zone Occitanie ouverte au transport de semi-remorques P400. (Crédits : Novatrans)

Le train qui entre, en ce jour d'inauguration, sur le terminal de transport combiné de Perpignan Saint-Charles en provenance de Paris/Valenton, est chargé de containers et de caisses mobiles, mais aussi de semi-remorques entières.

Ces semi-remorques P400, adaptées au rail, sont déchargées in extremis par un engin qui les soulève comme de vulgaires legos et les repose au sol. En quelques instants, elles sont accrochées à leurs cabines et prennent la route.

Une chorégraphie millimétrée que le groupe Novatrans-Greenmodal reproduit désormais cinq fois par semaine.

« Le Perpignan-Paris/Valenton est la première offre entre la région parisienne et la zone Occitanie ouverte au transport de semi-remorques P400 », se félicite Thibault Fruitier, directeur général de Novatrans.

Le transporteur espagnol Calsina Carré investit lourdement

Certaines de ces semi-remorques appartiennent au groupe espagnol de logistique Calsina Carré, basé à 50 km d'ici, à Pont de Molins. Ce nouveau client de Novatrans s'est mis au transport combiné de P400 en 2019, et monte en puissance sur le rail-route en utilisant aussi désormais cette ligne. Pour cela, il investit massivement dans l'achat de P400.

« Nous recevons une quinzaine de semis par semaine, en fin d'année nous aurons un parc de 200 P400, explique Pere Carbones, coordinateur de trafic chez Calsina Carré. Le coût du transport combiné est un peu plus élevé, au final, pour nous, mais le rail présente trois avantages. D'abord, environnemental : l'an dernier nous avons économisé plus de 2.000 tonnes de CO2. Ensuite, cela permet une disponibilité du chauffeur, or nous manquons toujours de personnel. Enfin, c'est une meilleure qualité de vie pour nos chauffeurs qui peuvent rentrer chez eux après leur travail. »

Lire aussi3 mnTrain des primeurs Perpignan-Rungis : un opérateur pour l'été 2021 ?

 

Soutien européen au multimodal transfrontalier

« Ce nouveau train permet de transporter toutes sortes de marchandises, sauf des denrées périssables nécessitant du frigorique, pour l'instant, explique Thibault Fruitier. Actuellement ce sont 20 camions qui prennent le train par jour. L'objectif est d'arriver à 40 camions, ce qui permettrait d'économiser 10.000 tonnes de CO2 en année pleine. Notre objectif est de lancer un train complet de remorques pour l'an prochain. »

Ce service a pu se mettre en place en partenariat avec Fret SNCF, SNCF Réseau et PSCCT (Perpignan Saint-Charles Conteneur Terminal), et « avec le projet TRAILS, sélectionné dans le cadre du programme européen POCTEFA, et dont le but est notamment de développer le fret ferroviaire entre Catalogne et Occitanie », précise François Trouquet, directeur adjoint du Cluster logistique d'Occitanie.

Une dynamique qui s'inscrit dans celle du site Perpignan Saint-Charles Conteneur Terminal. Celui-ci, qui avait nécessité un investissement financier conséquent de la Communauté d'agglomération, n'accueillait que 14.732 transbordements en 2013...

« Fin 2020, on était sur 39.212 transbordements, nous en prévoyons plus de 41.000 cette année, a minima », annonce son directeur général Eric Gilbert.

Fanny Linarès

Partager :

Top